Au volant, le téléphone peut tuer

 
 
Au volant, le téléphone peut tuer

En utilisant son téléphone pendant la conduite, un automobiliste détourne son attention et peut ainsi faucher du bout de ses doigts la vie d’un cycliste, d’un piéton, d’un autre usager de la route.

À partir du 20 octobre 2017, la Sécurité routière lance une campagne (affichage et radio) pour faire prendre conscience que quelques secondes d’utilisation de son téléphone au volant peuvent suffire à faire basculer une vie.

Lire ou écrire un texto, un post sur les réseaux sociaux, ou seulement parcourir ses courriels, sont devenus des gestes anodins dans le quotidien de chacun. Ils peuvent cependant s’avérer dramatiques lorsqu’ils sont pratiqués en conduisant. Ces gestes obligent en effet à quitter la route des yeux au moins 5 secondes, soit une distance parcourue de 70 mètres en ville (à 50 km/h) et multiplient par 23 les risques d’accidents.

Ces dernières années, le téléphone est devenu l’une des principales causes d’accidents sur la route avec la vitesse et l’alcool. Près d’un accident corporel sur 10 serait lié à l’utilisation du téléphone en conduisant.

Les chiffres

  • Chiffres clés sur l'utilisation du smartphone au volant : 
  • Téléphoner au volant multiplie par 3 le risque d’accident
  • Écrire un message en conduisant multiple par 23 le risque d’accident
  • Envoyer un message nécessite de quitter 5 secondes la route des yeux
  • Près d’un accident corporel sur 10 est lié à l’usage du téléphone au volant
  • 2 secondes au téléphone à 130 km/h équivalent à une distance d’arrêt de plus de 150 m

Le smartphone est le seul dispositif qui cumule les quatre sources de distraction qui peuvent détourner l’attention d’un conducteur : 

  • auditive (l’attention est détournée par ce que l’on entend), 
  • visuelle (l’attention est détournée par ce que l’on voit), 
  • physique (l’attention est détournée par ce que l’on fait), 
  • cognitive (l’attention est détournée par des pensées).